Légal ne signifie pas sûr. Une drogue sans risque, ça n’existe pas. Le moyen le plus simple d’éviter les risques potentiels du cannabis non médical (récréatif) est de simplement éviter de le consommer.

Toute personne qui consomme le cannabis devrait suivre les Directives canadiennes d’usage de cannabis à faible risque, considérer consommer des produits de cannabis dont la teneur en THC est plus faible et consommer moins souvent. Si vous croyez avoir un problème d’accoutumance, consultez votre fournisseur de soins. Il est aussi important de consulter votre fournisseur de soins si vous songez à prendre du cannabis pour des raisons médicales.

Ce qui suit consiste en une perspective de santé prudente concernant la consommation du cannabis non médical.


Santé mentale et toxicomanie

Le cannabis peut affecter votre santé mentale et augmenter les risques de problèmes graves comme la psychose, la schizophrénie et la toxicomanie. Les gens qui ont un historique personnel ou familial de troubles de santé mentale courent un plus grand risque de problèmes de santé mentale liés au cannabis. Les adolescents et les jeunes adultes (de moins de 25 ans) qui ont des antécédents personnels ou familiaux de troubles de santé mentale sont à un risque encore plus grand.

Conduite avec facultés affaiblies par le cannabis

La consommation de cannabis diminue votre habileté de conduire de façon sécuritaire en nuisant à votre temps de réaction, votre coordination, votre attention et votre prise de décision. Ces effets peuvent se produire quelques minutes seulement après avoir inhalé le cannabis et peuvent durer jusqu’à 10 heures dans le cas de cannabis comestible. Toutefois, bien d’autres facteurs ont un impact sur l’effet que le cannabis peut avoir sur vous. En général, il vaut mieux éviter de conduire après avoir consommé du cannabis.

Adolescents et jeunes adultes (<25)

Il vaut mieux éviter de consommer le cannabis avant d’avoir 25 ans ou plus. D’importants développements du cerveau se produisent jusqu’à la mi-vingtaine et l’usage du cannabis peut avoir des effets néfastes sur ce développement. Bien qu’une consommation de cannabis précoce et fréquente augmente vos risques, même un usage occasionnel peut causer des problèmes, dont des troubles de la mémoire, de la réflexion et de la concentration, et des troubles de santé mentale et toxicomanie. Pour les personnes qui décident de consommer le cannabis avant l’âge de 25 ans, il est recommandé d’attendre d’être plus vieux.

Cannabis comestible

Le cannabis comestible peut prendre 30 minutes à 2 heures avant de faire effet. À cause du délai de cet effet, il y a un risque de surconsommation ou d’empoisonnement. Pour diminuer ce risque, commencez par une petite quantité et attendez une heure avant de décider d’en reprendre.

Consommation non intentionnelle (enfants et animaux de compagnie)

Conservez les produits du cannabis dans un emballage à l’épreuve des enfants, dans un endroit verrouillé loin de la vue et de la portée. Les enfants peuvent facilement ingérer des produits du cannabis par accident, surtout sous forme comestible (brownies ou mets boulangers, par exemple). À la suite de la légalisation au Colorado, le nombre d’enfants qui ont dû visiter l’urgence à l’hôpital après avoir consommé du cannabis, a presque doublé.

Santé physique

Le cannabis n’est pas sans risque. Les réactions à la drogue ne sont pas toujours les mêmes. Les effets peuvent comprendre : un appétit accru, un rythme cardiaque accéléré, une baisse de pression artérielle, diminution de la capacité de conserver son équilibre et sa stabilité, perte de mémoire, difficulté à penser, perceptions déformées (vue, sons, temps, toucher), somnolence ou agitation, anxiété, rougeur aux yeux, sécheresse de la bouche et la gorge et irritation du système respiratoire (d’avoir fumé).

Santé prénatale

Le cannabis ne devrait pas être consommé pendant la grossesse et n’est pas recommandé pour traiter les nausées matinales. La consommation de cannabis pendant une grossesse expose le bébé au cannabis et aux produits chimiques qui se trouvent dans le sang de la mère. Fumer le cannabis réduit aussi la quantité d’oxygène que reçoit le bébé, ce qui peut faire en sorte que le bébé soit plus petit. La consommation de cannabis pendant la grossesse est aussi associée à des troubles développementaux chez les enfants et les adolescents, incluant la perte de mémoire, un raisonnement et les compétences en résolution de problèmes affaiblis, ainsi que des risques accrus de consommation plus tard dans la vie.

Protection de la fumée secondaire ou de la vapeur du cannabis

Évitez de fumer ou de vaporiser le cannabis à l’intérieur et autour des enfants. La fumée ou la vapeur de cannabis peut exposer les enfants au THC et aux toxines. Cette fumée pourrait causer des lésions aux poumons des nourrissons et des enfants, et affecter leur état d’alerte, leur compréhension et leur jugement.

Allaitement

Le cannabis doit être évité si vous allaitez. Le THC du cannabis passe dans le lait maternel pendant assez longtemps après être consommé et pourrait nuire au développement du bébé. Les parents qui allaitent devraient consulter leur fournisseur de soins de santé à propos des avantages connus de l’allaitement versus les risques potentiels de l’exposition au cannabis sur le développement du bébé.

Santé avant la grossesse

Les personnes qui songent à tomber enceinte devraient éviter de consommer du cannabis. Le cannabis peut nuire à la capacité de tomber enceinte. Une importante consommation de cannabis a été associée à des changements dans le cycle menstruel de la femme et à un sperme affaibli chez l’homme.

Parents et aides-soignants

Évitez de consommer le cannabis dans le cadre de votre rôle parental ou lorsque vous dispensez des soins à d’autres. La consommation de cannabis peut affecter la façon des parents d’interagir avec leurs enfants, diminuer leur capacité de prendre de bonnes décisions et de voir aux besoins de leurs enfants. Les effets du cannabis peuvent durer pendant plusieurs heures. Si vous prévoyez en consommer, assurez-vous de toujours pouvoir compter sur un aide-soignant sobre pour s’occuper de votre bébé, votre enfant ou tout autre personne à charge.

Culture personnelle (cultiver le cannabis)

Cultiver le cannabis peut présenter des risques tandis que choisir de s’en procurer en personne auprès de la Société ontarienne du cannabis ou d’un détaillant légitime présente un moyen sûr aux consommateurs d’obtenir un produit soigneusement contrôlé. Les producteurs autorisés par le fédéral offrent une méthode sécuritaire aux Ontariens de se procurer du cannabis thérapeutique.

Si vous cultivez du cannabis, assurez-vous que les enfants et les animaux n’ont pas de contact ou accès aux plantes en croissance (aire clôturée à l’extérieur; pièce verrouillée à l’intérieur). Limitez l’exposition de l’enfant et de l’animal de compagnie aux endroits de la maison où les plantes sont traitées (le plus souvent dans la cuisine), et là où les restes ou les déchets ont été jetés.

Si vous le cultivez à l’intérieur, il peut se produire des risques biologiques (comme la moisissure). Les plantes de cannabis matures augmentent l’humidité de l’intérieur 5-7 fois plus que les plantes d’intérieur habituelles. Les produits chimiques et l’éclairage posent aussi des risques à la santé et la sécurité.

  • Maintenir l’humidité relative à moins de 65% dans les espaces de culture intérieurs.
  • Jeter immédiatement les plantes attaquées par la moisissure en utilisant le moyen qui ne permettra pas de transformer à nouveau le matériel inutilisable.
  • Passer l’aspirateur au lieu de balayer.
  • Utiliser des purificateurs d’air ou une ventilation à petite échelle.
  • Installer des dispositifs de contrôle du monoxyde de carbone (CO) munis d’alarmes sonores. Ne pas utiliser d’appareil de chauffage d’appoint ou de génératrice à l’intérieur.
  • Choisir des pesticides non rémanents à faible volatilité. Porter un équipement de protection personnelle approprié pendant l’application des pesticides.
  • Utiliser toujours des lampes munies d’un ballast compatible, un luminaire (ouvert/fermé, puissance) et une douille testés.
  • Choisir des systèmes d’éclairage LED pour réduire la consommation d’énergie et la production de chaleur.