Rage et morsures d’animaux

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario a la responsabilité de protéger et d’éduquer la population au sujet de la rage. La rage est une maladie transmissible et mortelle dont les mammifères et les chauves-souris sont porteurs. Elle peut être transmise aux humains par des morsures d’animal ou lorsque les yeux, la bouche ou une plaie ouverte entrent en contact avec la salive de l’animal.

Toutes les morsures d’animal subies par des humains devraient être signalées au Bureau de santé en téléphonant au 613-933-1375 ou 1 800 267-7120.

Prévention de la rage

Afin de protéger la communauté contre la rage, la loi exige que tous les chiens et chats de compagnie âgés de trois mois ou plus soient vaccinés contre cette maladie transmissible et mortelle. Même les animaux qui ne sortent pas à l’extérieur doivent recevoir le vaccin contre la rage de façon régulière puisque les chauves-souris, des animaux susceptibles d’avoir la rage, peuvent entrer à l’intérieur de n’importe quelle résidence.

Le BSEO vous rappelle qu’il est important de :

  • superviser vos animaux lorsqu’ils sont à l’extérieur
  • faire castrer ou stériliser vos animaux de compagnie
  • demander au service de contrôle des animaux de retirer tout animal errant du voisinage
  • rapporter toute morsure au Bureau de santé de l’est de l’Ontario
  • maintenir à jour les vaccinations de votre compagnon à quatre pattes

Enquête sur les morsures d’animal

Le BSEO mène une enquête sur tous les rapports de morsures d’animal et de contacts directs suspects entre des humains et des animaux sauvages ou des chauves-souris qui ont lieu dans les cinq comtés. Nous travaillons aussi de près avec les vétérinaires afin de prévenir la propagation de la rage en organisant des cliniques annuelles de vaccination pour les chats et les chiens. Les propriétaires d’animaux domestiques ont l’obligation de faire vacciner leurs chats et leurs chiens contre la rage.

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario a la responsabilité de surveiller l’évolution des cas de rage chez les animaux sauvages.

Quand le BSEO mène une enquête sur une morsure d’animal ou sur un contact suspect avec un animal sauvage ou avec une chauve-souris sur son territoire, nous demandons que l’animal (s’il s’agit d’un animal domestique) soit enfermé pendant une période de dix jours. Nous demandons également au propriétaire de l’animal de prouver, document à l’appui, que l’animal est vacciné contre la rage. Si l’animal n’est pas vacciné, nous nous assurons qu’il sera vacciné dès que prendra fin la période de son enfermement.

Dans le cas d’un animal sauvage ou d’une chauve-souris, l’animal, dès qu’il est capturé, est envoyé à l’Agence canadienne d’inspection des aliments pour y subir des tests. S’il est impossible de faire subir des tests à l’animal ou à la chauve-souris, les mesures nécessaires seront prises après une discussion avec le médecin hygiéniste.

Les résultats obtenus suite à la période de confinement ou suite aux tests de dépistage de la rage vont déterminer si la victime doit recevoir un traitement contre la rage.

Suivi des rapports de rage positifs

Il se peut qu’une personne doive recevoir un vaccin afin de prévenir la maladie si elle a été mordue ou si elle a été en contact direct avec un animal sauvage ou une chauve-souris possiblement atteints de la rage. Le BSEO assure le suivi des rapports de rage positifs qui lui sont envoyés par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, organisme qui fait les tests de dépistage de la rage.

Le BSEO est informé lorsqu’un humain est mordu par un animal. Nous envoyons l’animal subir des tests et nous nous assurons que la personne reçoit le vaccin contre la rage immédiatement si un doute subsiste quant à la possibilité d’une infection.

Eastern Ontatio Health Unit / Bureau de santé de l'Ontario