La santé mentale dans l’Est ontarien

Dans cette page :

Qu’est-ce que la santé mentale?
Qu’est-ce que la promotion de la santé mentale?
Quel est le rôle du BSEO dans la promotion de la santé mentale?
Sondage et résultats du BSEO sur la santé mentale de la population
En savoir plus

Qu’est-ce que la santé mentale?

La santé mentale est un état de bien-être mental et se réfère à la gamme d’émotions, de pensées et de sentiments qu’expérimente tout le monde. La santé mentale est un continuum et peut fluctuer en fonction de nombreux facteurs. Une santé mentale positive améliore notre capacité à profiter de la vie et à relever les défis auxquels nous sommes confrontés.

Une maladie mentale est une condition diagnostiquée par un professionnel de la santé qualifié. La santé mentale et la maladie mentale peuvent coexister mais sont distinctes. 

Le double continuum de la santé mentale

Le double continuum de la santé mentale

Image adaptée de : Santé mentale en milieu scolaire Ontario

Qu’est-ce que la promotion de la santé mentale?

La promotion de la santé mentale :

  • Cible l’amélioration du bien-être plutôt que la maladie.
  • S’adresse à l’ensemble de la population, incluant les personnes qui vivent certaines conditions de risque dans le contexte de la vie quotidienne.
  • Aborde les déterminants de la santé.
  • Élargit sa portée pour inclure les facteurs de protection, au lieu de se concentrer simplement sur les facteurs et les conditions de risque.
  • Inclut un large éventail de stratégies telle la communication, l’éducation et l’élaboration de politiques.
  • Reconnaît et renforce les compétences de la population.
  • Englobe les secteurs de la santé et sociaux.
  • Adopte des stratégies qui favorisent un milieu positif et la résilience individuelle tout en démontrant le respect de la culture, de l'équité, de la justice sociale, des interconnexions et de la dignité personnelle.

La promotion de la santé mentale positive augmente également l’accès aux services de santé et services sociaux, améliore la santé physique et aide à réduire la stigmatisation liée à la santé mentale.

Quel est le rôle du BSEO dans la promotion de la santé mentale?

Les Normes de santé publique de l’Ontario décrivent la promotion de la santé mentale dans la perspective de la santé publique et offrent des Lignes directrices concernant la promotion de la santé mentale.

Le BSEO a identifié la santé mentale comme une priorité absolue et s'engage à promouvoir une santé mentale positive en renforçant la capacité des individus à améliorer leur bien-être psychologique, leurs compétences et leur résilience et en créant des conditions et des environnements de vie favorables.

Une approche globale de la santé mentale des populations comprend trois niveaux d'action, incluant (1) la promotion de la santé mentale, (2) la prévention de la maladie mentale et (3) le traitement de la maladie mentale.

APPROCHE DE LA SANTÉ MENTALE DE LA POPULATION

Image adaptée de : Centre de toxicomanie et de santé mentale

Le rôle du BSEO est axé sur la promotion de la santé mentale et la prévention de la maladie mentale, mais peut s'étendre jusqu'à l'identification précoce et à l'aiguillage. La santé publique ne fournit généralement pas de services d’intervention et de traitement précoces, même si cela peut être approprié dans certains cas.

Sondage et résultats du BSEO sur la santé mentale de la population

Un sondage a été mené à l’automne en 2022 pour avoir une meilleure idée de l’état de la santé mentale au sein de notre population en plus des besoins et des défis auxquels est confrontée notre communauté.

Méthodes et données démographiques

Le BSEO a eu recours à des entretiens au téléphone, par courrier électronique et en personne pour interroger de manière anonyme un échantillon représentatif (2 185) de personnes âgées de 18 ans et plus qui vivent dans la zone de desserte du BSEO au sujet de leur état de santé mentale et de leurs expériences à avoir accès et recevoir des soins de santé mentale.

Les résultats sont présentés pour la région et les sous-régions du BSEO : la Ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présenté séparément.

Les résultats sont basés sur des données non pondérées utilisant un échantillon d'une taille statistiquement significative pour la région et les sous-régions du BSEO mentionnées ci-dessus.

Résultats : Sommaires sur la santé mentale de la population du territoire du BSEO

Dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale de la santé mentale 2023, le BSEO a lancé le premier d'une série de six sommaires pour partager les résultats de l'enquête avec ses partenaires communautaires et le public. Les résultats aident le BSEO et ses partenaires communautaires à évaluer et à instaurer les stratégies, programmes et services de promotion de la santé mentale actuels et futurs.

Consultez régulièrement cette page Web pour prendre connaissance de la publication des sommaires suivants. Les sommaires se veulent accessibles et faciles à comprendre et à utiliser. Des ensembles de données spécifiques peuvent être demandés à info@eohu.ca.

État de la santé mentale en général - région du BSEO

Ce résumé décrit l'état général de la santé mentale dans la région et les sous-régions du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.

Santé mentale auto-évaluée
Bonheur et bien-être psychologique
Sentiments d’automutilation ou de suicide
Pandémie de COVID-19 et santé mentale

Santé mentale auto-évaluée

L’auto-évaluation de la santé mentale mesure la perception qu’a un individu de son état de santé mentale. Une mauvaise santé mentale déterminée par l’auto-évaluation est associée à de mauvais résultats en matière de santé, à un recours accru aux services de santé et à une faible satisfaction à l’égard des services.

Dans la région du BSEO, plus de la moitié des résidents (58 %) perçoivent l’état général de leur santé mentale comme étant excellent ou très bon, tandis qu'un autre 26 % considèrent le leur bon.

La perception de la santé mentale globale déclarée, était similaire chez les résidents vivant dans les CUSDG, dans les CUPR et à Hawkesbury, mais considérablement plus faible chez les résidents vivant à Cornwall. (Voir le Tableau 1.)

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents qui indiquent avoir une excellente ou très bonne santé mentale selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
58 % 45 % 60 % 65 % 60 %

Bonheur et bien-être psychologique

Des niveaux plus élevés de bonheur et de satisfaction dans la vie sont associés à des résultats positifs en matière de santé mentale et physique. 

Bonheur

Le bonheur est un état émotionnel positif qui varie au fil du temps et reflète nos expériences quotidiennes, comme se sentir heureux en vacances ou en participant à une activité favorite.    

On a demandé aux résidents combien souvent ils se sont sentis heureux au cours du mois précédant l'enquête. Comme le montre le Tableau 2, la plupart des résidents se sentent heureux tous les jours ou presque. Comparativement aux résidents vivant dans d’autres secteurs de la région du BSEO, ceux vivant dans les CUPR déclarent se sentir heureux plus souvent.

Tableau 2 : Pourcentage (%) des résidents qui ont indiqué se sentir heureux chaque jour ou presque au cours du dernier mois, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
74 % 61 % 76 % 81 % 78 %

Satisfaction de la vie

La satisfaction de la vie est une auto-évaluation générale de la perception qu’un individu a de sa vie. C’est lié à l’auto-évaluation de la santé mentale. Une plus grande satisfaction dans la vie est liée à un plus grand plaisir de vivre.   

Lorsqu'on leur demande combien souvent ils se sont sentis satisfaits de leur vie au cours du mois précédant le sondage, la plupart des résidents déclarent qu'ils étaient satisfaits de leur vie chaque jour ou presque. Encore une fois, la satisfaction à l'égard de la vie déclarée parmi les résidents des CUPR est plus élevée que dans les autres régions du BSEO, comme le montre le Tableau 3.  

Tableau 3 : Pourcentage (%) des résidents satisfaits de leur vie chaque jour ou Presque au cours du dernier mois, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
74 % 62 % 75 % 81 % 77 %

Intérêt pour la vie

L’intérêt d’une personne pour la vie, ou son absence, est l’un des facteurs utilisés pour évaluer son bien-être psychologique.1 Les personnes qui se sentent moins intéressées par la vie courent un risque plus élevé de souffrir de détresse et de troubles psychologiques.
 
Tel qu’indiqué au Tableau 4, une proportion plus faible de résidents de Cornwall déclarent se sentir intéressés par la vie chaque jour ou presque tous les jours, comparativement aux autres régions du secteur du BSEO.  

Tableau 4 : Pourcentage (%) des résidents intéressés par la vie chaque jour ou Presque au cours du dernier mois, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
79 % 68 % 80 % 85 % 81 %

Sentiments d’inutilité, de désespoir et de dépression

Les personnes qui éprouvent souvent des sentiments d’inutilité et de désespoir courent un risque plus élevé de troubles de l’humeur et de dépression.2

Au moins une ou deux fois au cours du mois précédant le sondage dans la région du BSEO :

  • 29 % des résidents se sentaient inutiles
  • 32 % des résidents se sentaient désespérés
  • 30 % des résidents se sentaient déprimés

Les résidents de Cornwall déclarent ressentir ces sentiments négatifs plus que ceux de toute autre région du BSEO, comme le montre la Figure 1 ci-dessous.

Figure 1 : Pourcentage (%) des résidents qui se sont sentis inutiles, désespérés ou déprimés une ou deux fois au cours du dernier mois, selon la région, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) des résidents qui se sont sentis inutiles, désespérés ou déprimés une ou deux fois au cours du dernier mois, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Inutiles 29 % 37 % 27 % 24 % 27 %
Désespérés 32 % 45 % 26 % 25 % 31 %
Déprimés 30 % 40 % 30 % 24 % 29 %

Sentiments d’automutilation ou de suicide

L’automutilation et le suicide sont des problèmes complexes qui ne sont pas causés par un seul facteur. Ils impliquent plutôt une combinaison de facteurs biologiques, psychosociaux, sociaux, culturels, spirituels, économiques et environnementaux, qui peuvent également influencer la santé mentale et la maladie mentale. Bien que la présence d’une maladie mentale (c’est-à-dire la dépression) puisse augmenter le risque de suicide d’une personne, une santé mentale et un bien-être positif peuvent agir comme un facteur de protection aidant à se protéger contre le suicide.

Si vous êtes confronté à une urgence ou à une crise de santé mentale, appelez le 911 ou rendez-vous aux urgences de votre hôpital local. Vous pouvez également contacter une ligne de crise.

Les adultes :

Les jeunes et les enfants :

Bien que la plupart des résidents de la zone desservie par le BSEO déclarent n'avoir jamais ressenti de sentiments de suicide ou d'automutilation (93 %), 5 à 6 % des résidents des CUPR, des CUSDG et de Hawkesbury ont déclaré les avoir ressentis au moins une ou deux fois pendant le mois précédant le sondage. En revanche, 11 % des résidents de Cornwall ont déclaré avoir ressenti les mêmes sentiments au moins une ou deux fois au cours du mois précédant le sondage.

Figure 2 : Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO qui avaient des sentiments d’automutilation ou de suicide au moins une ou deux fois au cours du mois précédant le sondage, selon la région, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)

Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO qui avaient des sentiments d’automutilation ou de suicide au moins une ou deux fois au cours du mois précédant le sondage, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Pourcentage des résidents (%) 7 % 11 % 6 % 5 % 5 %

Pandémie de COVID-19 et santé mentale

La pandémie de COVID-19 a sensibilisé tout le monde à l’importance de la santé mentale. Même si des recherches récentes suggèrent que de nombreux Canadiens estiment que leur santé mentale s’est détériorée depuis le début de la pandémie de COVID-19, les répercussions permanente de la pandémie ne sont pas entièrement comprises, et les répercussions à long terme sur la santé physique et mentale ne sont peut-être pas encore apparentes.3,4,5

Bien que la plupart des résidents interrogés dans la région du BSEO considèrent leur état de santé mentale comme stable ou amélioré depuis avant la pandémie de COVID-19 (77 %), un nombre important (23 %) indiquent que leur santé mentale s'est détériorée, comme le montre la Figure 3 ci-dessous.

Figure 3 : Le changement dans l’état de leur santé mentale perçu par les résidents dans la région du BSEO depuis avant le début de la pandémie de COVID-19, selon le niveau de changement, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)

Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Le changement dans l’état de leur santé mentale perçu par les résidents dans la région du BSEO depuis avant le début de la pandémie de COVID-19, selon le niveau de changement, en 2022.

Beaucoup mieux maintenant Un peu mieux maintenant À peu près pareil Légèrement pire maintenant Beaucoup pire maintenant
Percentage des résidents (%) 7 % 8 % 61 % 18 % 5 %

Comparativement aux autres régions de la zone desservie par le BSEO, moins de résidents de Hawkesbury déclarent que leur santé mentale s'est détériorée depuis avant la pandémie, comme le montre le Tableau 5. 

Tableau 5 : Pourcentage (%) des résidents qui déclarent leur état de santé mentale pire qu’avant la pandémie de COVID-19, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
23 % 30 % 17 % 20 % 24 %

Références :

1 Kroenke K, Spitzer RL, Williams JB, Löwe B. An ultra-brief screening scale for anxiety and depression: the PHQ-4. Psychosomatics. 2009 Nov-Dec;50(6):613-21. doi: 10.1176/appi.psy.50.6.613. PMID: 19996233. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19996233/

2 Centre for Addiction and Mental Health (CAMH). 2023. Depression: Screening & Assessment. https://www.camh.ca/en/professionals/treating-conditions-and-disorders/depression/depression---screening-and-assessment

3 Pongou R, Ahinkorah BO, Maltais S, Mabeu MC, Agarwal A, Yaya S. Psychological distress during the COVID-19 pandemic in Canada. PLoS One. 2022 Nov 17;17(11):e0277238. doi: 10.1371/journal.pone.0277238. PMID: 36395148; PMCID: PMC9671380. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9671380/

4 Agence de la santé publique du Canada. (2023). Cycle 2 : Symptômes d’anxiété et de dépression durant la pandémie de COVID-19. Santé Canada. https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-et-affections/cycle-2-symptomes-anxiete-depression-pandemie-covid-19.html

5 Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). (2022, juillet). L’anxiété, les sentiments de dépression et la solitude atteignent leur plus haut niveau chez les Canadien.ne.s depuis le printemps 2020. https://www.camh.ca/fr/camh-news-and-stories/anxiety-depression-loneliness-among-canadians-spikes-to-highest-levels 

Accès aux soutiens et services de santé mentale - région du BSEO

Ressources pour la gestion de la santé mentale
Facilité d’accès aux services
Obtenir de l’aide

La santé mentale c’est l’affaire de tout le monde. Certains individus ne demandent pas ou ne peuvent pas obtenir les services et le soutien dont ils ont besoin pour vivre une vie épanouie.1 Chaque individu mérite d'avoir accès (c'est-à-dire avoir la capacité et l'opportunité d'utiliser) dans la communauté, aux soutiens et aux services de santé mentale dont il a besoin. Dans le cas contraire, la situation peut avoir un impact négatif sur la santé mentale de l’individu. Un accès de haute qualité garanti aux services où les obstacles sont réduits ou éliminés peut créer davantage de possibilités pour les personnes qui vivent avec des problèmes de santé mentale et des maladies mentales, d'améliorer leur santé mentale et leur vie quotidienne.2

Les obstacles peuvent être personnels, sociaux, financiers, physiques et psychologiques, y compris, sans s'y limiter, la disponibilité, l'accessibilité, l'abordabilité, les processus (c.-à-d. les temps d'attente, l'admissibilité), le transport, les connaissances, la stigmatisation, l'emplacement et les barrières culturelles et linguistiques.

Ce sommaire décrit les résultats sur l'accès aux soutiens et aux services de santé mentale en général dans la région du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) et ses sous-régions : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.

Ressources pour la gestion de la santé mentale

Chaque individu a des défis et des besoins différents en matière de santé mentale. Il est important que chacun ait accès à différents types de ressources et de soutiens pour répondre à ces besoins spécifiques et relever tous les défis.3

Dans la région du BSEO, 30 % des résidents déclarent avoir accès à des ressources (par téléphone, en personne ou sur Internet) pour les aider à gérer leurs émotions ou leur santé mentale. Comme l’indique le Tableau 1, une proportion plus élevée de résidents de Cornwall (37 %) et de Hawkesbury (33 %) ont accès à des ressources en santé mentale, comparativement aux autres sous-régions.    

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO qui déclarent avoir accès à des ressources sur la santé mentale, selon la région et les sous-régions, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
30 % 37 % 33 % 27 % 26 %

Parmi les résidents de la région du BSEO qui ont accès aux ressources en santé mentale, les 3 types de ressources les plus couramment consultées pour obtenir du soutien ou pour améliorer la santé mentale sont : (1) des séances de thérapie ou de counseling en personne ou virtuelles, (2) des soins primaires (par exemple, d’un médecin, d’une infirmière praticienne) et (3) des ressources en ligne ou des informations provenant d'un site Web. Les trois ressources les plus couramment consultées étaient les mêmes dans toutes les sous-régions du BSEO. La Figure 1 présente les différents types de ressources auxquelles les résidents du BSEO ont eu accès. Les principaux types de ressources cités par ceux qui ont choisi « Autre » comprennent les programmes d'aide aux employés (PAE), ainsi que la famille et les amis. Pour cette question, les résidents pouvaient sélectionner plusieurs options.

Figure 1 : Pourcentage (%) des ressources sur la santé mentale consultées dans la région et les sous-régions du BSEO, selon le type, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)

Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) des ressources sur la santé mentale consultées dans la région et les sous-régions du BSEO, selon le type, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Thérapie ou counseling en personne ou virtuel 29 % 29 % 29 % 31 % 29 %
Soins primaires 24 % 22 % 22 % 26 % 25 %
Ressources en ligne ou renseignements d’un site Web 17 % 19 % 17 % 14 % 20 %
Programmes/activités de santé communautaire 9 % 8 % 8 % 8 % 9 %
Ligne d’aide téléphonique 7 % 8 % 10 % 6 % 5 %
Soins hospitaliers 6 % 6 % 8 % 8 % 5 %
Centres confessionnels 4 % 5 % 4 % 6 % 3 %
Autre 4 % 4 % 2 % 4 % 4 %

Facilité d’accès aux services

La facilité d'accès reflète l'expérience directe d'une personne qui tente d'obtenir des services. Lors de l’accès aux services de santé mentale, l’expérience doit être claire, facile et opportune, sans difficultés inutiles.

On a demandé aux résidents qui ont eu recours à des services, ce qui faciliterait leur expérience et leur accès aux services de santé mentale. Les résidents pouvaient choisir plus d'une réponse. Les plus populaires comprenaient : un accès plus rapide aux services de soutien; des services abordables; un accès à des prestataires de services qui comprennent leurs besoins; et le fait que les prestataires de soins primaires et autres prestataires de services de première ligne connaissent les ressources communautaires. (Voir la Figure 2.) Les résidents de la région du BSEO qui ont sélectionné « Autre » ont identifié plus de soutien, des options virtuelles, et des horaires adaptés aux besoins de la population comme priorités pour faciliter leur expérience et leur accès. La réponse la plus fréquente dans toutes les régions a été un accès plus rapide aux services d’aide.

Figure 2 : Pourcentage (%) des réponses données pour faciliter l’expérience et l’accès aux services de santé mentale dans la région et les sous-régions du BSEO, selon les choix de réponse, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)

Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) des réponses données pour faciliter l’expérience et l’accès aux services de santé mentale dans la région et les sous-régions du BSEO, selon les choix de réponse, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Accès plus rapide aux services de soutien 18 % 17 % 17 % 17 % 19 %
Services abordables 16 % 15 % 13 % 16 % 17 %
Accès à des prestataires de services qui comprennent mes besoins 15 % 15 % 15 % 14 % 14 %
Prestataires de soins primaires et autres prestataires de services de première ligne qui connaissent les ressources communautaires 13 % 13 % 15 % 12 % 13 %
Proximité à l’organisme/installation qui offre les services de soutien 8 % 11 % 10 % 12 % 11 %
Accès physique à l’installation qui offre les services de soutien 11 % 11 % 10 % 10 % 11 %
Accès aux prestataires de services qui parlent ma langue 10 % 9 % 11 % 9 % 8 %
Personnel sensible à la culture 8 % 7 % 8 % 7 % 7 %
Autre 1 % 2 % 0 % 3 % 2 %

Obtenir de l’aide

Il est tout aussi important de demander de l’aide lorsque des soutiens et des services de santé mentale sont nécessaires que de consulter un médecin en cas de maladie physique. La santé mentale est tout aussi importante que la santé physique.4

Environ un quart (23 %) des résidents de la région du BSEO déclarent avoir vu ou consulté un professionnel de la santé au sujet de leur santé émotionnelle ou mentale au cours des 12 mois précédant le sondage. Le pourcentage des résidents des sous-régions qui ont vu ou consulté un professionnel de la santé au sujet de leur santé émotionnelle ou mentale varie de 19 % à 31 %, les résidents de Cornwall ayant un pourcentage nettement plus élevé (31 %) que toutes les autres sous-régions. (Voir le Tableau 2.)        

Tableau 2 : Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO qui déclarent avoir vu ou consulté un professionnel de la santé au sujet de leur santé mentale, selon la région et les sous-régions, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
23 % 31 % 21 % 19 % 22 %

Dans la région et toutes les sous-régions du BSEO, le professionnel de santé le plus souvent vu ou consulté est le médecin de famille. La répartition des autres types de professionnels de la santé consultés par les résidents de la région du BSEO est présentée dans la Figure 3. Les résidents qui ont sélectionné « Autre » ont identifié leur famille et leurs amis, leur thérapeute, leur ligne d'assistance téléphonique, leur hôpital et leur PAE. Les résidents pouvaient sélectionner plus d'une réponse.

Figure 3 : Type de professionnel de la santé vus ou consultés au sujet de la santé mentale d’une personne, dans la région du BSEO, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Type de professionnel de la santé vus ou consultés au sujet de la santé mentale d’une personne, dans la région du BSEO, en 2022.

Médecin de famille Travailleur social Psychologue Psychiatre Personnel infirmier Autre
BSEO 74 % 28 % 20 % 15 % 9 % 15 %

Parmi l'ensemble des résidents de la région du BSEO ayant vu ou consulté un professionnel de la santé au cours des 12 mois précédant le sondage, 60 % estiment avoir reçu l'aide dont ils avaient besoin pour leur santé mentale. La proportion est plus faible pour Cornwall et plus élevée pour CUPR, comme le montre le Tableau 3.   

Tableau 3 : Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO qui estiment avoir reçu l’aide dont ils avaient besoin pour leur santé mentale, selon la région et les sous-régions, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
60 % 50 % 62 % 71 % 63 %

Parmi les résidents qui ont déclaré ne pas avoir consulté ou parlé à un professionnel de la santé au sujet de leur santé mentale, 10 à 21 % d’entre eux ont déclaré avoir eu besoin de voir ou de parler à un professionnel de la santé, mais ne l’ont pas fait. (Voir le Tableau 4.)   

Tableau 4 : Pourcentage (%) des résidents de la région du BSEO ayant eu besoin de voir ou consulter un professionnel de la santé mais qui ne l’ont pas fait, selon la région et sous-région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
14 % 21 % 14 % 10 % 12 %

Lorsqu’on leur a demandé pourquoi, trois raisons principales ont été identifiées par ceux qui ont déclaré avoir eu besoin de voir ou consulter un professionnel de la santé mais qui ne l’ont pas fait. (Voir la Figure 4.) Ce sont :      
(1) préférait s’autogérer
(2) l’aide n’était pas facilement disponible
(3) n’y était pas parvenu (par exemple, trop occupé)

Figure 4 : Pourcentage (%) des réponses pour justifier les raisons pour lesquelles les résidents ont choisi de ne consulter personne au sujet de leur santé mentale dans la région et les sous-régions du BSEO, selon l’option de réponse, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) des réponses pour justifier les raisons pour lesquelles les résidents ont choisi de ne consulter personne au sujet de leur santé mentale dans la région et les sous-régions du BSEO, selon l’option de réponse, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Vous avez préféré vous autogérer 26 % 22 % 28 % 29 % 32 %
L’aide n’était pas facilement disponible 19 % 20 % 18 % 26 % 17 %
Vous n’y êtes pas parvenu 13 % 11 % 14 % 9 % 10 %
Vous n’aviez pas confiance dans le système des soins de santé 9 % 9 % 6 % 7 % 15 %
Vous ne saviez pas où et comment demander ce genre d’aide 8 % 11 % 8 % 5 % 6 %
Vous n’aviez pas les moyens de payer les services 7 % 7% 8 % 5 % 6 %
Votre emploi nuisait 7% 9 % 12 % 7 % 5 %
Vous aviez peur de ce que les autres penseraient de vous 6 % 8 % 4 % 5 % 6 %
Problème linguistique 1 % 0 % 2 % 4 % 0 %
Autre 4 % 2 % 2 % 3 % 4 %

Références :

1 Commission de la santé mentale du Canada, La Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada, [en ligne]. Accessible à : https://commissionsantementale.ca/ce-que-nous-faisons/strategie-en-matiere-de-sante-mentale-pour-le-canada/. [Consulté le 20 juillet 2023].

2 Commission de la santé mentale du Canada, Accès à des soins de santé mentale de qualité, [en ligne]. Accessible à : https://mentalhealthcommission.ca/what-we-do/access/. [Consulté le 20 juillet 2023].

3 Association canadienne pour la santé mentale, Faits saillants sur la santé mentale et la maladie mentale, [en ligne]. Accessible à : https://cmha.ca/brochure/fast-facts-about-mental-illness/. [Consulté le 20 juillet 2023].

4 Commission de la santé mentale du Canada, Faire le premier pas pour obtenir du soutien en santé mentale, 21 avril 2022. [en ligne]. Accessible à : https://mentalhealthcommission.ca/blog-posts/37474-take-the-first-step-in-seeking-support-for-your-mental-health/. [Consulté le 20 juillet 2023].

Déterminants individuels, communautaires et sociaux - région du BSEO

Notre santé mentale est directement et indirectement influencée par nos expériences de vie, nos circonstances sociales et les conditions de notre environnement.

Ce résumé décrit ces facteurs aux niveaux individuel, communautaire et social dans la région et les sous-régions du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.

Connexion
Avoir un but
Traitement injuste
Établir un contact

Connexion

Lorsque les gens sont socialement connectés et que leurs relations sont stables et solidaires, ils sont plus susceptibles de faire des choix sains et d’avoir de meilleurs résultats en matière de santé mentale et physique.1 Vivre dans un endroit offrant un plus grand potentiel de marche et d'espace et des sites et infrastructures de loisirs ouverts a un impact positif sur la santé, y compris la santé mentale – cela facilite particulièrement bien la restauration mentale.2

La plupart des résidents de la région du BSEO (77 %) estiment qu'au cours du mois dernier, ils ont eu des relations chaleureuses et de confiance avec les autres tous les jours ou presque. Le pourcentage des résidents des sous-régions estimant qu'au cours du mois dernier, ils ont entretenu des relations chaleureuses et de confiance avec les autres tous les jours ou presque, varie entre 71 % et 81 %. (Voir le Tableau 1.) 

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents qui estiment avoir eu des relations chaleureuses et de confiance avec les autres chaque jour ou presque au cours du mois dernier, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
77 % 71 % 72 % 80 % 81 %

Un tiers des résidents de la région du BSEO se sentent isolés ou seuls de temps en temps (23 %) ou souvent (11 %). La prévalence des résidents qui partagent ces sentiments d’isolement et de solitude est plus élevée parmi ceux qui vivent à Cornwall (28 % et 18 %, respectivement). (Voir le Tableau 2.)

Tableau 2 : Pourcentage (%) de résidents se sentant isolés ou seuls de temps en temps ou souvent, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
De temps en temps 23 % 28 % 21 % 21 % 23 %
Souvent 11 % 18 % 12 % 8 % 10 %

La plupart des résidents (68 %) de la région du BSEO décrivent leur sentiment d'appartenance à leur communauté locale comme étant très fort ou plutôt fort. Environ un tiers (31 %) le décrivent comme étant plutôt faible ou très faible. Le sentiment d'appartenance déclaré est plus élevé dans les CUSDG et plus faible à Cornwall. (Voir le Tableau 3.)

Tableau 3 : Pourcentage (%) des résidents ayant un sentiment d'appartenance fort ou faible à leur communauté locale, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Très fort ou plus ou moins fort 68 % 59 % 65 % 70 % 75 %
Faible ou très faible 31 % 39 % 35 % 30 % 25 %

La plupart des résidents (85 %) de la région du BSEO sont d'accord ou tout à fait d'accord qu'ils ont un accès facile à plusieurs installations de loisirs gratuites ou à faible coût, telles que des parcs, des sentiers de randonnée, des pistes cyclables, des centres de loisirs, des terrains de jeux ou des piscines publiques. La proportion de résidents se disant d’accord ou tout à fait d'accord qu'ils ont facilement accès à plusieurs installations de loisirs gratuites ou à faible coût est plus élevée à Cornwall (92 %). (Voir le Tableau 4.)

Tableau 4 : Pourcentage (%) des résidents étant d'accord ou tout à fait d'accord qu'ils ont un accès facile à plusieurs installations de loisirs gratuites ou à faible coût, selon la région, en 2022. 

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
85 % 92 %

84 %

82 % 82 %

Avoir un but

Les gens qui ont un important sens du devoir et un but dans la vie sont souvent plus résistants et ont une meilleure santé mentale et physique.3,4

La plupart (73 %) des résidents de la région du BSEO sentent qu’au cours du dernier mois, leur vie avait un sens de direction et un but chaque jour ou presque chaque jour . Quelques résidents (4 %) de la région du BSEO ont le sentiment qu’au cours du dernier mois, leur vie n’allait pas dans la bonne direction ni n’avait de but. La prévalence de ce sentiment que la vie n’avait ni sens ni but parmi ces résidents est le plus élevé à Cornwall (8 %). (Voir le Tableau 5.)

Tableau 5 : Pourcentage (%) des résidents qui, au cours du dernier mois, ont le sentiment que leur vie a un sens de direction et un but chaque jour ou presque, et jamais, selon la région en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Chaque jour ou presque 73 % 62 % 75 % 79 % 75 %
Jamais 4 % 8 % 4 % 2 % 3 %

Traitement injuste

Être la cible de préjugés ou de traitement injuste est un signe annonciateur d’une autoévaluation de mauvaise santé mentale.5

Une chose à faire pour améliorer sa santé mentale est de parler de ses difficultés avec quelqu’un. Le soutien d’autrui constitue un besoin fondamental. Lors de moments difficiles, les gens ont tendance à s’en sortir lorsqu’ils bénéficient du soutien d’autrui. Malheureusement, la peur d’être traité injustement est aussi une raison pour laquelle les personnes ayant des problèmes de santé mentale les gardent secret et, conséquemment, ne reçoivent ni aide, ni soutien.6

Un quart des résidents (27 %) de la région du BSEO ont été la cible de préjugés ou de traitement injuste au cours des 5 dernières années. La prévalence des résidents victimes de préjugés ou traitement injuste varie de 22 % (CUPR) à 33 % (Cornwall). (Voir le Tableau 6.)

Tableau 6 : Pourcentage (%) des résidents qui ont été la cible de préjugés ou de traitement injuste au cours des 5 dernières années, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
27 % 33 % 23 % 22 % 29 %

Établir un contact

Certains résidents (10 %) de la région du BSEO ne sont pas du tout à l'aise de parler de leurs besoins en matière de santé mentale avec un ami ou un membre de leur famille. Lorsqu'on leur a demandé ce qui les empêcherait de parler de leurs besoins en matière de santé mentale avec un ami ou un membre de leur famille, la réponse la plus citée (20 %) était de ne pas vouloir être jugé. Cependant, la plupart (35 %) indique une combinaison de facteurs, notamment la peur, le manque de confiance, le fait de ne pas vouloir être jugé, de ne pas vouloir paraître faible et de ne pas vouloir recevoir de pitié. On observe une certaine variation selon les régions. (Voir les Tableaux 7 et 8.)

Tableau 7 : Pourcentage (%) des résidents qui ne sont pas du tout à l’aise de parler de leurs besoins en matière de santé mentale avec un ami ou un membre de leur famille, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
10 % 13 % 13 % 7 % 9 %

Tableau 8: Réponses données (par ceux qui ont répondu pas du tout à l'aise avec la question précédente) lorsqu'on leur a demandé ce qui les empêcherait de parler de leurs besoins en matière de santé mentale avec un ami ou un membre de leur famille, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Ne veux pas être jugé 20 % 23 % 21 % 21 % 13 %
Combinaison de facteurs 35 % 34 % 15 % 43 %

39 %

Références :

1 Centers for Disease Control and Prevention, "How Does Social Connectedness Affect Health?", le 30 mars 2023, [en ligne]. Consulté à : https://www.cdc.gov/emotional-wellbeing/social-connectedness/affect-health.htm. [Consulté le 14 juillet 2023].

2 Noa Pinter-Wollman, Andrea Jelic, Nancy M. Wells, "The impact of the built environment on health behaviours and disease transmission in social systems", Philosophical Transactions Royal Society, vol. 373, p. 20170245, 25 février 2018.

3 Mulahalilović A., M. Hasanović, I. Pajević, M. Jakovljević, "Meaning and the Sense of Meaning in Life from a Health Perspective", Psychiatr Danub, vol. 33, no. 4, pp. 1025-1031, 2021.

4 Schaefer SM, Boylan J Morozink, CM van Reekum, RC Lapate, CJ Norris, CD Ryff, RJ Davidson, "Purpose in life predicts better emotional recovery from negative stimuli", PLoS One, vol. 8, no. 11, 2013.

5 Janice Du Mont, Tonia Forte, "Perceived discrimination and self-rated health in Canada: an exploratory study," BMC Public Health, vol. 16, no. 742, 2016.

6 Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH), "Les Préjugés," [en ligne]. Accessible à : https://www.camh.ca/fr/info-sante/guides-et-publications/les-prejuges. [Consulté le 17 juillet 2023].

Stress, adaptation et résilience - région du BSEO

Face à des situations ou des événements stressants, comme le décès d’un proche, la pression au travail ou à l’école, une maladie grave ou un accident, la plupart des gens peuvent trouver des moyens de tout gérer. La gestion efficace des événements ou des situations stressantes de la vie quotidienne nécessite, entre autres, de la résilience, de l’auto-efficience et des capacités d’adaptation.1

Ce sommaire décrit les niveaux de stress que perçoivent les résidents de la région et des sous-régions du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) ainsi que les facteurs qui contribuent à leur stress et leur capacité de les gérer : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) excluant la ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.  

Stress
Adaptation
Résilience

Le Stress

Le stress est une réaction à une situation; il ne s’agit pas de la situation en tant que telle. Bien que le stress soit une réalité pour l’humain, personne ne peut éliminer la totalité du stress de sa vie, ni empêcher que le stress ne se produise dans le futur.2 Le stress chronique augmente le risque de problèmes de santé mentale (tels que l’anxiété et la dépression, les problèmes de consommation de substances et les troubles du sommeil) et de problèmes médicaux (tels que les problèmes gastro-intestinaux, le risque accru d’infections, les maladies cardiovasculaires et les accidents vasculaires cérébraux).3

Tel qu’indiqué au Tableau 1, le quart des résidents (24 %) de la région du BSEO décrivent la plupart de leurs journées comme étant assez ou extrêmement stressantes. La proportion de résidents décrivant la plupart de leurs journées comme étant assez ou extrêmement stressantes varie de 21 % dans les CUPR à 30 % à Cornwall (voir le Tableau 1 pour la répartition par région).

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents qui perçoivent la plupart de leurs journées comme étant assez ou extrêmement stressantes, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
24 % 30 % 22 % 21 % 24 %

Contributeurs au stress

Lorsqu'on leur a demandé de signaler les trois (3) éléments les plus importants contribuant à leur sentiment de stress au quotidien, les principales réponses pour la région du BSEO sont :  

  1. Contraintes de temps/pas assez de temps
  2. Prendre soin de ses propres enfants, de ses responsabilités personnelles ou familiales et autres
  3. Situation financière (ex. : pas assez d'argent, dette)

Les « contraintes de temps/pas assez de temps » sont le principal contributeur au stress que les résidents de toute la région du BSEO ont déclaré, excepté ceux qui demeurent à Cornwall, ces derniers ayant indiqué que la « situation financière (ex. pas assez d’argent, dette) » était le principal contributeur au stress.

Dans la région du BSEO, « Prendre soin de ses propres enfants, de ses responsabilités personnelles ou familiales et autres » est aussi systématiquement signalé parmi les trois (3) principaux facteurs contribuant au stress.

D’autres facteurs importants signalés, bien qu’ils varient légèrement selon les sous-régions, comprennent la gestion de « ses propres problèmes de santé physique et/ou émotionnelle ou mentale », qui sont le plus souvent signalés comme préoccupation pour les résidents de CUPR et de Hawkesbury.

Effets psychologiques du stress

Les expériences de stress et de traumatismes affectent les individus de diverses manières, causant des périodes de nervosité et affectant la capacité d’une personne à fonctionner et à gérer la vie.
Il arrive souvent de se sentir parfois nerveux ou inquiet; ce qui peut être un sentiment utile lorsqu'il motive ou avertit d'un danger. Lorsque ces sentiments deviennent persistants et graves, ils peuvent causer de la détresse dans la vie d’un individu, telles des difficultés à gérer les tâches quotidiennes.4

Alors que la proportion de résidents de la région du BSEO qui se sont sentis nerveux chaque jour ou presque au cours du mois précédant l'enquête s'élevait à 16 %, près d'un quart des résidents (24 %) de Cornwall et un cinquième des résidents (20 %) de Hawkesbury l’ont signalé, comme le montre le Tableau 2.

Tableau 2 : Pourcentage (%) des résidents qui déclarent se sentir nerveux chaque jour ou presque au cours du mois précédant, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
16 % 24 % 20 % 10 % 13 %

Comme le montre le Tableau 3, certains résidents de la région du BSEO estiment que tout était un effort chaque jour ou presque au cours du mois précédant le sondage. Comparativement aux résidents vivant dans d’autres secteurs de la région du BSEO, ceux qui vivent à Cornwall déclarent avoir plus souvent le sentiment que tout était un effort.

Tableau 3 : Pourcentage (%) des résidents qui déclarent que tout était un effort chaque jour ou presque au cours du mois précédant, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
5 % 10 % 5 % 3 % 3 %

Adaptation

Considérée un facteur de protection pour la santé mentale, l’adaptation est définie comme étant des efforts internes orientés vers l'action déployés pour gérer les besoins découlant d’événements stressants.5 Cela exige de développer des capacités d’adaptation efficaces et d’auto-efficience, cette dernière se définissant comme étant une personne qui juge sa propre capacité à faire face à une situation quelconque ou à accomplir une tâche spécifique.6

Dans la région du BSEO, 50 % des résidents estiment qu’en général, ils ont de très bonnes ou excellentes capacités pour faire face aux exigences de la vie. Comme l’indique le Tableau 4, des taux similaires sont observés parmi les résidents de la plupart des sous-régions (CUSDG, CUPR et Hawkesbury), à l'exception de Cornwall où le taux est nettement inférieur.    

Tableau 4 : Pourcentage (%) des résidents déclarent avoir de très bonnes ou d’excellentes capacités à faire face aux exigences de la vie, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
50 % 39 % 53 % 56 % 51 %

La majorité des résidents (79 %) de la région du BSEO déclarent se sentir bien à gérer les responsabilités de leur vie quotidienne, chaque jour ou presque au cours du mois précédant le sondage. Comme l’indique le Tableau 5, une proportion plus faible de résidents de Cornwall (72 %) déclarent se sentir bien à gérer leurs responsabilités quotidiennes, par rapport à toutes les autres sous-régions

Tableau 5 : Pourcentage des résidents qui se sentent bien à gérer les responsabilités de leur vie quotidienne, chaque jour ou presque, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
79 % 72 % 81 % 85 % 79 %

Résilience

La résilience est la capacité de s’adapter et de continuer à fonctionner efficacement malgré les échecs, les revers et les pertes.7 Bien que certaines personnes soient plus résilientes que d'autres, la résilience est une réponse qui peut être apprise et maintenue en établissant des relations positives et saines avec la famille, les amis et la communauté, ainsi qu'en créant un réseau de soutien social sain, en cherchant des soutiens sociaux, et en aidant les autres.8    

La majorité des résidents (80 %) de la région du BSEO évaluent leur capacité à gérer des situations et des défis inattendus comme excellente ou bonne, comme l’indique le Tableau 6. Les taux sont similaires dans toutes les sous-régions, à l'exception de Cornwall où les taux sont nettement inférieurs.   

Tableau 6 : Pourcentage (%) des résidents qui évaluent leur capacité à gérer les situations et les défis inattendus comme étant excellente ou bonne, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
80 % 69 % 82 % 86 % 81 %

Références :


1 Bureau de santè de l'est de l'Ontario. (2019) Mental Health in Eastern Ontario-Life Stress. https://BSEO.ca/en/mental-health-in-eastern-ontario#life_stress


2 Association canadienne pour la santé mentale. (2016, février, 29) Le stress. https://cmha.ca/fr/brochure/le-stress/


3 Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). (n.d.) Le stress. https://www.camh.ca/fr/info-sante/index-sur-la-sante-mentale-et-la-dependance/le-stress


4 Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). (n.d.) Troubles anxieux. https://www.camh.ca/fr/info-sante/index-sur-la-sante-mentale-et-la-dependance/troubles-anxieux   


5 Santé Canada. (2008) Santé mentale - Gestion du stress. https://www.canada.ca/fr/sante-canada/services/vie-saine/votre-sante-vous/mode-vie/votre-sante-vous-sante-mentale-gestion-stress-sante-canada-2008.html  


6 Bureau de santè de l'est de l'Ontario. (2019) Mental Health in Eastern Ontario. https://BSEO.ca/en/mental-health-in-eastern-ontario


7 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée, 2018, Lignes directrices concernant la promotion de la santé mentale, Ontario, Canada.


8 Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). (n.d.) Buidling Resilience. https://www.camh.ca/en/camh-news-and-stories/building-resilience

Médias sociaux et santé mentale - région du BSEO

Bien des gens apprécient la connexion sociale aux autres via les médias sociaux (ex. Instagram, Facebook, Snapchat, Twitter/X, etc.). Cependant, des études suggèrent qu’un lien existe entre les médias sociaux et la santé mentale. On craint que l’utilisation excessive des médias sociaux puisse avoir de graves conséquences sur la santé mentale, notamment des symptômes de dépression et d’anxiété, une dépendance, des troubles du sommeil, des problèmes de mémoire et de concentration.1

Ce sommaire décrit l'utilisation des médias sociaux et la perception de leur impact dans la région et les sous-régions du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.

Utilisation des médias sociaux
Impact des médias sociaux sur la santé mentale

Utilisation des médias sociaux

La plupart des résidents (59 %) utilisent les médias sociaux 2 heures ou moins par jour. Comme l’indique le Tableau 1, une proportion plus élevée de résidents de Cornwall (25 %) utilisent les médias sociaux 3 heures ou plus par jour. Une proportion plus élevée de résidents de Hawkesbury déclare ne pas utiliser les médias sociaux du tout (29 %).

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents qui déclarent une utilisation quotidienne (heures) des médias sociaux, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
0 heure 23 % 19 % 29 % 22 % 24 %
2 heures ou moins par jour 59 % 55 % 54 % 59 % 61 %
3 heures ou moins par jour 17 % 25 % 16 % 16 % 15 %

Impact des médias sociaux sur la santé mentale

Interrogés sur l'impact sur leur santé mentale qu’ils perçoivent de leur utilisation des médias sociaux, 56 % des résidents du BSEO n’en perçoivent aucun, 24 % perçoivent un impact positif, tandis que 18 % perçoivent un impact négatif. Des réponses similaires sont signalées dans toutes les sous-régions du BSEO. Cependant, Cornwall a un taux de résidents nettement plus élevé (25 %) déclarant que les médias sociaux ont un impact négatif sur leur santé mentale, ainsi qu'un pourcentage significativement plus faible de résidents (48 %) déclarant qu'il n'y a aucun impact. (Voir le Tableau 2.)  

Tableau 2 : Pourcentage (%) des résidents qui perçoivent un impact des médias sociaux sur leur santé mentale, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwal Hawkesbury CUPR CUSDG
Impact positif 24 % 25 % 22 % 24 % 24 %
Impact négatif 18 % 25 % 16 % 15 % 17 %
Aucun impact 56 % 48 % 58 % 60 % 58 %
Inconnu 2 % 2 % 4 % 2% 1 %

Parmi ceux qui signalent un impact négatif sur la santé mentale, les effets les plus souvent signalés de l’utilisation des médias sociaux sont :

  1. une comparaison à autrui défavorable;
  2. anxiété/détresse psychologique;
  3. lassitude des médias sociaux;
  4. sommeil insuffisant/retardé en raison d'une utilisation tard dans la nuit; et
  5. solitude ou isolement.

Références :

1 Statistique Canada, Évaluations que font les Canadiens des médias sociaux dans leur vie, 24 mars 2021, [en ligne]. Accessible à : https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/36-28-0001/2021003/article/00004-fra.htm. [Consulté le 20 juillet 2023].

Troubles de la santé mentale - région du BSEO

Un trouble ou une affection mentale se caractérise par une perturbation cliniquement significative de la cognition, de la régulation émotionnelle ou du comportement d’un individu. Plusieurs types de troubles de santé mentale peuvent se produire. Bien qu’il existe des options efficaces de prévention et de traitement, de nombreuses personnes souffrant de troubles de santé mentale n’ont pas accès à des soins efficaces. De nombreuses personnes qui vivent avec un trouble mental sont également confrontées à la stigmatisation, aux préjugés, à la discrimination et à d’autres obstacles et défis.1

Ce sommaire décrit les troubles de santé mentale autodéclarés dans la région et les sous-régions du Bureau de santé de l'est de l'Ontario (BSEO) : la ville de Cornwall (Cornwall), les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry (CUSDG), les Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) excluant la Ville de Hawkesbury (Hawkesbury) qui est présentée séparément.

Troubles de santé mentale

Lorsqu'on leur demande s'ils souffrent d'un trouble émotionnel, psychologique ou de santé mentale, la plupart des résidents (81 %) de la région du BSEO répondent qu'ils n'en ont pas, tandis que 19 % déclarent qu'en effet ils en sont atteints (15 % diagnostiqués et 4 % non diagnostiqués). Comme le montre le Tableau 1, la prévalence des résidents ne déclarant aucun trouble de santé mentale est la plus élevée dans les CUPR (86 %) et les CUSDG (85 %) par rapport aux autres sous-régions. Cependant, la prévalence des troubles de santé mentale autodéclarés est nettement plus élevée à Cornwall (29 %) par rapport à la région du BSEO et à toutes les autres sous-régions.

Tableau 1 : Pourcentage (%) des résidents qui autodéclarent la présence d’un trouble émotionnel, psychologique ou de santé mentale, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Oui, diagnostiqué 15 % 22 % 19 % 11 % 12 %
Oui, non diagnostiqué 4 % 7 % 4 % 3 % 3 %
Non 81 % 70 % 77 % 86 % 85 %

Parmi les résidents qui autodéclarent avoir un trouble de santé mentale diagnostiqué ou non dans la région et les sous-régions du BSEO, voici les trois troubles de santé mentale les plus courants qui sont signalés :   

  1. Anxiété ou trouble de panique
  2. Dépression
  3. Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Consultez la Figure 1 pour voir la répartition complète des troubles de santé mentale autodéclarés parmi les résidents de la région et de la sous-région du BSEO. Parmi les autres troubles de santé mentale autodéclarés figurent le trouble déficitaire de l'attention/hyperactivité (TDAH), les troubles d'apprentissage, la schizophrénie entre autres. Notez qu’une personne peut souffrir de plus d’un trouble de santé mentale.

Figure 1 : Pourcentage (%) et type de troubles de santé mentale diagnostiqués ou non, selon la région, en 2022. (Une version accessible des données est disponible sous forme de tableau en dessous du diagramme.)

Diagramme à barres. Une version accessible des données est disponibles sous forme de tableau en dessous du diagramme.

Pourcentage (%) et type de troubles de santé mentale diagnostiqués ou non, selon la région, en 2022.

BSEO Cornwall Hawkesbury CUPR CUSDG
Anxiété ou trouble de panique 30 % 28 % 35 % 29 % 31 %
Dépression 28 % 27 % 26 % 29 % 30 %
TSPT 12 % 11 % 14 % 13 % 12 %
Trouble bipolaire 5 % 6 % 9 % 5 % 2 %
Trouble obsessionnel compulsif 6 % 5 % 4 % 6 % 5 %
Phobie 3 % 4 % 2 % 3 % 3 %
Trouble limite de la personnalité 5 % 6 % 4 % 5 % 3 %
Syndrome de fatigue chronique 3 % 4 % 4 % 3 % 4 %
Trouble lié à l'abus de substance 3 % 4 % 1 % 1 % 3 %
Autre 5 % 4 % 3 % 8 % 6 %

Références :

1 Organisation mondiale de la santé, Troubles mentaux, 8 juin 2022, [en ligne]. Accessible à : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/mental-disorders. [Consulté le 20 juillet 2023].

En savoir plus :

Àpropos de la santé mentale (Canada.ca)
Promotion de la santé mentale positive (Canada.ca)
Auto observation du continuum de santé mentale
Faits saillants sur la santé mentale et la maladie mentale
Lignes directrices concernant la promotion de la santé mentale, 2018